Lac bleu et lac rouge d’Imotski

Accueil » Lac bleu et lac rouge d’Imotski

lac rouge Imotski

Le vertigineux lac rouge situé à Imotski

À moins de 100 km au sud ouest de Split, dans les terres dalmates et à quelques kilomètres de la frontière avec la Bosnie-Herzégovine se trouve une curiosité géologique : les lacs d’Imotski. Il s’agit de deux lacs situés dans la petite ville d’Imotski.

De nombreuses dolines

Située à 400 m d’altitude, la ville est une des plus chaudes du pays mais aussi une qui possède un microclimat très marqué entre le bas et le haut de commune avec des variations très importantes de température. Ici, le relief karstique et les sous-sols chargés d’eau ont créé une vingtaine de dolines à cheval entre les deux pays : il s’agit de grottes souterraines qui se sont effondrées et ont donné naissance à des lacs, dont les 2 présents à Imotski. L’un est rouge et l’autre est bleu.

Le lac rouge d’Imotski (Crveno jezero)

C’est le lac le plus sauvage. Il est situé à 1 500 m de la ville. C’est un trou. Véritablement. Il se trouve 250 m en contrebas de la montagne et ses falaises très abruptes rendent son accès très difficile. Sans équipement spécifique, il n’est pas possible de s’y rendre. Mais il est très agréable et rapide d’en faire le tour à pied. En effet, le lac, de forme presque ronde ne fait que 200 m de diamètre. Il est par contre très profond et plonge à pic à plus de 280 m. C’est le troisième gouffre le plus profond du monde.

On y trouve des espèces propres à ce lac qui sont aussi visibles par temps très sec dans les cours d’eau proches ce qui fait penser que des rivières souterraines communiquent avec. Des plongées exploratrices ont montré que le lac a un volume de 7 millions de m3 d’eau mais que les réseaux souterrains dépassent les 25 millions. De très puissants courants traversent le fond du lac qui n’a que très peu de débris déposés sur son fond. Plusieurs expéditions scientifiques sont venues explorer le lac : mission risquée à cause des chutes de pierre et de fait, le lac recèle encore de nombreux secrets et nul n’a jamais encore exploré les différentes grottes sous-marines.

Le niveau d’eau du lac varie de façon très importante avec des variations allant jusqu’à 50 m et des mouvements de hauteur d’eau atteignant 1 m par jour. Ça en dit beaucoup sur la puissance des rivières souterraines.

Les falaises abritent de nombreuses grottes et ses flancs, chargés d’oxyde de fer lui confère une couleur rougeoyante caractéristique. C’est de là que vient son nom. Ses eaux sont bleu foncé et suivant le moment de la journée et l’ensoleillement, elles peuvent virer vers le vert. De mystérieuses taches noires apparaissent parfois sur le lac : il s’agit de bancs de poissons.

Même si l’eau est très claire, le lac est froid (moins de 10 degrés) et l’accès rend toute baignade de loisirs impossible.

Le lac bleu d’Imotski (Modro Jezero)

lac bleu d'Imotski

Le lac bleu avec son lac apprécié pour la baignade

À quelques centaines de mètres se trouve le lac bleu. Il est beaucoup plus large (800 m par 500 m) et moins pentu que le lac rouge. Il est possible de randonner autour en 2-3h et un chemin d’accès serpente jusqu’aux rives du lac environ 200 m plus bas. En été, les locaux viennent s’y baigner et se repèrent aux différents rochers. Ces derniers permettent de connaître la profondeur. En effet, entre le printemps et l’été, le volume d’eau du lac varie de façon considérable : en été, il peut être complètement à sec alors qu’à la fin de l’hiver sa profondeur peut atteindre une centaine de mètres.

Plusieurs grottes sont disséminées autour du lac. L’une d’elles, Boškova, a même servi d’abri durant la seconde guerre mondiale.

Le lac a une belle couleur vert bleu. Son accès est aisé : un chemin créé pour l’empereur François Joseph I en 1907 est toujours entretenu et permet à tout un chacun d’y venir sans équipement particulier. La baignade se fait au milieu des rochers et il n’y a pas beaucoup de zones plates pour étendre sa serviette. L’eau y est fraîche mais parfaite pour une baignade estivale.

En hiver, avec les hautes eaux, la fin du chemin est immergée. Des rochers permettent de plonger dans l’eau. Au-dessus du lac, l’ancienne forteresse de Topana datant du 9ème siècle surveille les alentours et la ville d’Imotski s’est construite sur ses flancs.

Venir aux lacs d’Imotski

  • Attention : site dangereux à déconseiller avec des enfants ou aux personnes ayant le vertige. Les abords ne sont pas sécurisés.
  • Pour vraiment profiter des changements de couleurs des eaux des lacs, il faut prévoir d’arriver le matin et de repartir dans l’après-midi. Pour occuper la journée, une randonnée autour des lacs peut être la meilleure option. Sinon, descendre à Imotski, manger en ville et admirer les vieilles pierres locales (forteresse, monastère franciscain, musée indigène) est l’autre possibilité.
  • Bon à savoir : l’accès est payant. Il est assez aisé de se garer à proximité.

Depuis Makarska, il y a pour une heure de voiture. Split est plus loin et il faut bien compter un temps de trajet doublé.

 

Booking.com

Pin It on Pinterest